Annonce

La rentrée du club Rouletabille aura lieu le samedi 1er Octobre à 16h à la Médiathèque Condorcet.

mercredi 27 juillet 2016

Les justiciers de Glasgow de Gordon Ferris

Douglas Brodie, ex-flic, sous-off tout juste démobilisé - on est en 1946 -, vient d'être embauché comme reporter à la Gazette. Glasgow connaît un été torride. Les salles de rédaction enfumées, les pubs remplis de chômeurs, la pauvreté rampante dans les quartiers populaires et les petits malins qui préparent leur fortune en tablant sur la reconstruction du pays sont la toile de fond de ce noir atmosphérique. 
Des justiciers masqués infligent à leur manière, brutale et spectaculaire, un châtiment selon eux bien mérité à des criminels qui sont passés - police incapable ou système corrompu ? - entre les mailles du filet judiciaire. Ils s'autoproclament " marshals de Glasgow ", ont l'accent des Highlands et justifient leurs actions en envoyant aux journaux des épîtres enflammées et agrémentées de citations des Evangiles. 
Quand un inconnu aborde Brodie pour lui demander de l'aider à défendre un compagnon de route, ancien soldat condamné à cinq ans de prison pour effraction dans la maison d'un notable, le journaliste pressé de faire ses preuves sent qu'il tient un scoop. Mais alors qu'il hésite à s'engager dans un combat trouble, il apprend que le détenu s'est pendu dans sa cellule, ce qui le convainc d'enquêter... Peu à peu se dessine une toile de corruption et de collusion d'intérêts en haut lieu qui va déboucher sur un inévitable scandale.


Avis d'un membre du club Rouletabille ( Emmanuelle F.) :

Un policier qui se déroule dans un contexte économique et social très bien décrit. L'intrigue se déroule en effet en Ecosse juste après la seconde guerre mondiale et s'attache en autre au statut des anciens soldats, à la reconstruction, à la corruption...
La position de Douglas Brodie, devenu reporter après être revenu du front, est intéressante et doublement ambiguë : ambiguë car il est désormais reporter et doit se plier aux règles du métier et au dictat des lecteurs, et cela malgré sa déontologie; ambiguë également sur le rôle de la police et de la justice (les justiciers "les Marshals de Glasgow" pourchassent les délinquants qui ont échappé à la justice).
On peut cependant regretter le coté un peu grand-guignolesque de l'intrigue policière en elle même qui fait que la fin du livre est moins intéressante.

Note : 13/20

Joue et seche tes larmes d'Eric Robinne

Une nouvelle enquête palpitante du lieutenant Matthieu Guillaume ! Le cauchemar du lieutenant Matthieu Guillaume commence à la réception d'un bien sinistre colis : une phalange sectionnée glissée dans une enveloppe. Qui peut avoir intérêt à commettre un tel acte, et pour quelles raisons ? Alors que le mystère reste entier, Matthieu est bientôt kidnappé et forcé d'assister en direct à un odieux assassinat. 
Il comprend alors qu'il est la victime d'une vengeance liée à son passé. Les morts s'accumulent et le meurtrier se montre de plus en plus machiavélique : tout désigne Matthieu Guillaume comme le suspect idéal. Lentement le piège se referme...


Avis d'un membre du club Rouletabille (Claire L.) : 

Intrigue policière classique, il n'y a pas beaucoup de surprises passé la mise en place de l'histoire et des personnages. Les crimes mis en scène sont très machiavéliques et violents (déconseillé aux ames sensibles).
La chute laisse pressentir une suite...
J'ai bien aimé.

Note : 15/20

Hors cadre de Stefan Ahnhem

Près des corps sauvagement mutilés de deux victimes, une photo de leur classe de 3e sur laquelle leur visage a été raturé. Cette classe a aussi été celle de l'inspecteur Fabian Risk de la police de Helsingborg. Pour arrêter la spirale infernale et éviter d'être la prochaine cible, il s'enfonce dans les méandres de son propre passé. Au risque de s'y perdre.

Avis d'un membre du club Rouletabille (Emmanuelle F.) :

Un polar suédois dont on a du mal à se détacher. L'intrigue policière commence à la première page pour se terminer à la dernière. Alors que l'on pense avoir tout compris très vite, l'auteur déroule son récit sur presque 600 pages en maintenant l'intérêt du lecteur grâce à des rebondissements (seuls quelques uns sont un peu "téléphonés").
L'histoire a pour toile de fond un sujet de société intemporel à savoir la cruauté dont peuvent être victimes certains adolescents et nous interroge à travers la position un peu ambiguë de l'inspecteur Fabien Risk.
A recommander sans modération.

Note : 18/20

mercredi 8 juin 2016

Le loup peint de Jacques Saussey

Vincent Galtier est vétérinaire dans une petite ville de l’Yonne, près d’Auxerre. Depuis la mort de son fils, son couple est exsangue. Seule, Marion, sa maîtresse, parvient avec peine à lui faire vivre quelques rares moments d’oubli au creux de son lit. Une nuit, alors qu’il vient de la quitter et traverse une forêt isolée pour rentrer chez lui, les passagers d’une voiture inconnue lui tirent dessus et tentent de le précipiter dans un ravin. Lorsque Vincent parvient enfin à son domicile, après leur avoir échappé de justesse, c’est pour y découvrir une scène de massacre. Mais ce n’est pas la seule qui l’attend. Le cauchemar ne fait que commencer…

Avis d'un membre du club Rouletabille (Michel E.) :

Vincent Galtier, vétérinaire dans une petite ville près d'Auxerre, voit un soir sa vie basculer.
Un soir, en rentrant de chez sa maîtresse, il est pris pour cible par un groupe d'individus à bord d'une voiture sur une petite route isolée en pleine forêt. 
L'intrigue, menée tambour battant, est maîtrisée à la perfection. A aucun moment, je n'ai senti ma lecture s'essouffler. Dès le départ, le rythme est haletant. 
J'ai trouvé également beaucoup de richesse dans ce livre : un vocabulaire varié, une pointe d'humour que j'ai appréciée, des personnages marquants, des clins d’œil sympathiques qui m'ont fait sourire, puis un brin d'érotisme.
Pour en revenir aux personnages, le moins qu'on puisse dire c'est qu'on a droit à une panoplie de portraits aussi bien travaillés et détaillés les uns que les autres.
Entre ce Vincent totalement dépassé  par la situation (qui ne le serait pas aussi à sa place), la bombe  sexuelle incendiaire qu'il vaudrait mieux ne pas croiser,  un flic qui réfléchit plus avec son attirail qu'avec son cerveau, un duo d'enquêteurs pour le moins atypiques qui vous donnera des scènes de dialogues mémorables et un petit animal qui vient mettre son grain de sel dans tout ça...

Note : 14/20

vendredi 27 mai 2016

Le détective chauve d' Anna Grue

Nouvelle affaire pour Dan Sommerdahl : un couple dont les deux premiers enfants sont morts à 16 ans et 27 jours précisément fait appel à lui, car l'échéance approche pour leur 3e et dernier enfant. Sur fond du mythique festival de Roskilde, le compte à rebours est lancé pour le Détective chauve. Celui-ci nage entre deux eaux, séparé de Marianne mais pas vraiment heureux avec Kirstine. Sa vie de famille lui manque. 
Fonder un nouveau foyer ou reconquérir l'ancien ?


Avis d'un membre du club Rouletabille (Simone H.) :

Après un démarrage lent, récit rythmé qui se lit d'une traite.

Note : 14/20

mercredi 25 mai 2016

Ubac d'Elisa Vix

Cette saison-là, les loups sont revenus dans la vallée. Et Nadia est arrivée. Nadia dont Estelle n'avait jamais entendu parler. La soeur jumelle de son mari pourtant. Après quatre années passées à New York, elle s'est installée dans le chalet de l'ubac, chez les jeunes époux. Là où ils ont fait leur nid voici quelques mois à peine, juste après leur mariage. Mais avec la présence de Nadia, quelque chose a changé. 
Estelle a commencé à avoir peur. Peur pour son bébé. Sa petite Lilas si fragile. Si essentielle. Avec un art consommé du suspense, Elisa Vix signe un texte glaçant dans le décor impérieux des Alpes hivernales. Le temps d'une saison de neige, tout peut basculer, dans plus d'une vie.


Avis d'un membre du club Rouletabille (Laurence F.) :

Pour qui aime le polar psychologique, ça reste "light" comparé à d'autres. 
Lecture fluide.

Note : 13/20

mardi 24 mai 2016

Une proie trop facile de Yishaï Sarid

Appelé à effectuer sa période de réserve dans l’armée, un avocat d’une trentaine d’années se voit confier une curieuse mission : une jeune soldate religieuse pratiquante a déposé une plainte pour viol contre un brillant officier aux états de service irréprochables. L’avocat commence à enquêter, aidé d’un collègue de bureau. Il quitte Tel-Aviv, son bruit et ses gratte-ciels, pour rendre visite aux parents de la soldate, dans une petite ville pauvre du Sud d’Israël. 
Il se rend ensuite dans l’unité de l’officier, un bunker basé à la frontière du Liban. A mesure qu’il avance dans son enquête, la réalité se dérobe sous le masque des apparences. Qui est cet officier pur et dur, patriote, militariste, perfectionniste ? Et qui est cette adolescente d’une ville du Sud, qui se veut religieuse et intouchable ? A travers ces deux figures ambiguës, Yishaï Sarid dresse le portrait nuancé et complexe d’un Israël brutal et insaisissable. 


Avis d'un membre du club Rouletabille ( Laurence G.) :

Une proie trop facile : une enquête très sociologique

Almog jeune fille d'une petite ville d'Israel accuse Erez , brillant militaire, de viol. Un avocat menant une vie trop honnête est rappelé dans le cadre de son statut de réserviste pour mener l'enquête avant dépôt du dossier au tribunal.
Les personnalités sont complexes : Almog mal dans sa peau avec une famille envahissante sensible au qu'en dira t-on... Erez semble plutôt froid , sûr de lui , charismatique. Mais qui sont réellement ces deux personnes ? Qui ment ?
Dans ce livre , on plonge dans l'Israël contemporain avec ses contrastes , sa violence latente , ses habitants en guerre perpétuelle. C'est davantage un portrait de la société israelienne qu'un polar où finalement l'intrigue passe presque au second plan.

J'ai vraiment bien aimé ce livre car il est dynamique , il dépeint une société que je connais très peu ou seulement au travers de faits d'actualité.


Note : 15/20