Annonce

La prochaine rencontre du club Rouletabille aura lieu le samedi 7 Octobre à la Ludo-bibliothèque Emile-Bayard à partir de 19h00. Apéro-polar.

jeudi 15 juin 2017

Nuit blanche à Stockholm de Christoffer Carlsson

Stockholm, début de l'hiver. 
Un homme est retrouvé mort. Il s'agit de Thomas Heber, professeur de sociologie à l'université. 
Leo Junker est chargé de l'enquête. Flic malmené par la vie, il vient d'intégrer une nouvelle brigade et se débat avec une culpabilité endémique. L'affaire Heber ne lui offre que peu d'indices, hormis une condamnation pour faits de violence dans la jeunesse du professeur, alors militant d'un groupuscule contestataire. Mais Leo est dessaisi du dossier au profit des services des renseignements. Pourquoi cette éviction ? Que cachent les dossiers cryptés du sociologue ? Ambition, trahison, corruption, Nuit blanche à Stockholm est une incursion dans les milieux extrémistes d'un royaume de Suède insoupçonné.

Avis d'un membre du club Rouletabille (Laurence F.) :

Crime dans les milieux d'extrème droite en Suède. Tellement complexe sur la fin, que j'abandonne 30 pages avant le dénouement ! Quelques petites erreurs de traduction.

Note : 11/20 

mercredi 14 juin 2017

Zanzara de Paul Colize

" Où qu'elle aille, la Mort laisse des traces de son passage. " 
Fred, 28 ans, est journaliste. Membre d'une team de jeunes pigistes web, il rêve de gloire et de signer un article papier qui fera date. La nuit venue, Fred mène une double, voire une triple vie. Avant tout, il aime une femme mariée. Une liaison passionnelle, mais sans espoir. Ensuite, il aime le risque, les paris et l'adrénaline. 
Fred se sent vivre quand il flirte avec les limites. Ces savants cloisonnements vont voler en éclats le jour où il reçoit un coup de fil à la rédaction. Rendez-vous lui est donné le lendemain pour recueillir des révélations fracassantes. Arrivé sur les lieux, Fred va faire une rencontre qui le poussera à enquêter sur un fait divers apparemment anodin. 


Avis d'un membre du club Rouletabille (Maryse W.) :

Le héros est un journaliste qui mène une vie à 100 à l’heure au sens strict du terme mais tout bascule lorsqu’il reçoit un coup de téléphone.
Le style est précis, efficace, les chapitres sont courts.
L’auteur nous entraîne à vive allure dans ce roman entrecoupé de documentaires.
On est vite happé par l’histoire et le style.

Note : 15/20

mercredi 7 juin 2017

Johnny Porter et le secret du mammouth congelé de Lionel Davidson


Il s'agissait d'animaux morts naturellement, dont la chaleur corporelle s'était dissipée peu à peu et dont les tissus mous s'étaient décomposés. On n'avait jamais vu de mammouth complet, congelé instantanément, pour ainsi dire, et de ce fait intact. Ce qui mettait Zhelikov dans tous ses états était la probabilité pour qu'un tel spécimen soit là, tout près de lui.
Sur un cap au nord du centre, un site était aménagé en prévision de la construction d'un ensemble de bâtiments. Durant la phase de déblaiement, le sol s'était effondré, dévoilant une crevasse. À l'intérieur se trouvait une saillie rocheuse, et sur cette saillie, un mammouth figé dans la glace. À l'évidence, il avait fait une chute, une très longue chute qui l'avait tué sur le coup. C'était un mammouth surgelé, en somme.


Avis d'un membre du club Rouletabille (Maryse W.) :

Ce roman n’est pas un polar ni un thriller !! C’est plutôt un roman d’aventure.
L’histoire se passe au fin fond de la Sibérie. On y trouve un mystérieux laboratoire où les scientifiques y résidant ne peuvent plus sortir mais y mourir. Suite à un courrier étrange le professeur Porter se lance dans un voyage audacieux. Tout est décrit précisément et en milieu de livre c’est un peu long et rébarbatif.
L’écriture est agréable ,on se laisse vite emmener dans cette quête.

Note : 14/20

Le chat du jeu de quilles de Florence Clerfeuille

La cinquantaine fringante, Marc vient de quitter son job de journaliste parisien. Sur un coup de tête, il décide de s'installer avec Manon, sa jeune collègue, dans un petit village perdu de l'Aveyron. Retraite anticipée ? 
Pas vraiment : l'improbable duo va enquêter incognito sur l'assassinat du père Pommier commis  dix ans plus tôt.

Le vieux bougre était champion du jeu de quilles, l'étrange sport local, et n'était pas très apprécié des villageois. Du coup, personne n'a vraiment pleuré sa disparition. Mais quand, au bout de dix ans, le chat du père Pommier réapparaît dans les rues du village, la population s'inquiète. Le félin serait-il un mauvais présage ?

Les langues petit à petit se délient. Gaston le cafetier trop bavard, Célestin le gentil benêt, monsieur Thomas le taciturne, et Attila le coiffeur bien nommé ont tous quelque chose à raconter... Et à cacher ?


Avis d'un membre du club Rouletabille (Maryse W.) :

L’histoire se passe en Aveyron. Un journaliste bougon à la retraite et sa jeune collègue jouent aux enquêteurs pour élucider deux énigmes : le suicide de Clothilde Pommier et le meurtre de son mari plus tard.
Ces affaires remontent à dix ans.
Ecriture facile ,peu originale ,à emporter dans les transports !!!

Note : 10/20


Crystal City d'Hervé Claude

« Il y a une mine, au nord-ouest de l'Australie, où un meurtre a été commis. Mais ce meurtre n'était qu'un des nombreux symptômes d'une maladie en train de se répandre comme une peste sur tout le pays. »
Un désert, isolé du monde. L'ouvrier d'une mine, véritable prison surchauffée, est assassiné. Son chef, atterré par le manque d'intérêt manifeste de la police locale, décide d'appeler son vieil ami, Anthony Argos. C'est un journaliste marginal et pugnace sous des allures d'ours débonnaire. Curieux de découvrir un lieu aussi insolite qu'une mine au coeur de l'outback australien, il accepte de se mêler de cette affaire... à ses risques et périls ! 


Avis d'un membre du club Rouletabille (Maryse W.) :

Le roman se déroule en Australie en plein désert près de Perth dans une mine. Le décor est si bien planté qu’on se retrouve en pleine chaleur avec les engins énormes d’extraction.
L’écriture est agréable , originale grâce aux articles du journaliste gay enquêteur. L’intrigue est moyenne avec peu de suspens.

Note : 12/20

mardi 9 mai 2017

The pope de Brian Yuzna

A Pacifica, en Californie, la paroisse catholique de San Simone est frappée par une terrible série de meurtres. En l'espace de quelques jours, certains prêtres subissent une mort diabolique après avoir croisé la route d'un mystérieux serial killer au visage masqué et travesti en Pape. Alors que la panique fait rage, les détectives Stittwell et Hitchman tentent de rassembler les pièces du puzzle, mais l'omerta de Monseigneur Martinez, à la tête de la paroisse, complique l'enquête. 
L'arrivée de Père Argus, envoyé par le Vatican, gonfle les rangs des curieux cherchant à démasquer l'assassin, bien que ses motivations semblent diverger de celles de la police... Qui est ce fameux "Pape" ? Vous connaîtrez bientôt son identité et son mobile, mais pour découvrir son destin ultime, il vous faudra attendre d'avoir parcouru intégralement les sentiers et les revirements de situations inattendus de cette histoire, entre passé et présent, désir de vengeance et besoin de rédemption, folie humaine et justice divine. 
Mais restez sur vos gardes, car d'autres mourront de la main du "Pape" avant qu'une vérité inimaginable ne vienne révéler cette obscure énigme...


Avis d'un membre du club Rouletabille (Christian N.) :

« The pope » est l’œuvre d’un réalisateur de film d’horreur, écrit d’après un scénario et non le contraire. Ce qui pourrait être un bon film pour les amateurs du genre au cinéma se révèle être un navet intégral comme livre. 
Le texte est d’une grande pauvreté littéraire, aucune histoire si ce n’est beaucoup de sang répandu et qui plus est nous connaissons le coupable dès le début. De plus une critique des tares de l’église catholique tellement caricaturale que cela en devient grotesque.

En résumé Monsieur YUZNA peut continuer de réaliser des films mais surtout il doit arrêter l’écriture.

Note : 7/20

mercredi 19 avril 2017

Jenny de Fabrice Collin

Cayucos, Californie. 
Dans une villa au bord du Pacifique, un homme désespéré se confie. Dans la baignoire à l'étage, le cadavre d'une femme obèse. Comment est-il arrivé ici ? Le moment est venu pour l'homme de raconter son histoire. Quelques mois plus tôt… Un an après la disparition de sa femme, le chroniqueur Bradley Hayden, détruit, s'étourdit dans des liaisons sans lendemain via un site de rencontres. 
Un jour se présente une femme qui ne correspond en rien à la description qu'elle a faite d'elle. Jenny, 300 livres, QI redoutable, lui montre une vidéo de son épouse. April est en vie. Obéis-moi en tout, et elle le restera. Dès lors, Bradley est contraint de suivre Jenny dans une épopée meurtrière tandis qu'ailleurs, dans une étrange clinique privée, un "autre lui-même" se réveille. 

Où s'arrête la réalité, où commence la fiction ?Traqués par la police, Jeney et Bradley sillonnent le pays tandis que Ron, le détective privé aux méthodes zen peu conventionnelles, tente de démêler le vrai du faux. Pourquoi Jenny tue-t-elle ? A-t-elle choisi April au hasard ? Bradley pourra-t-il retrouver sa femme à temps ?

Avis d'un membre du club Rouletabille (Christian N.) :

Style : Livre très bien écrit qui se lit facilement. Le récit débute sur une histoire chronologique classique puis par des aller retours dans le temps qui se resserrent de plus en plus jusqu'à se rejoindre.





Personnages et lieux : Les personnages principaux, Bradley Hayden journaliste, sa femme que nous ne voyons qu’au début mais qui reste le pivot de l’histoire et Jenny qui entraîne Bradley dans une course sanglante à travers les Etats-Unis, principalement en Californie et en Floride. 
Un étrange détective sévit tout le long du récit sans qu’on comprenne très bien son rôle.





L’intrigue : C’est l’histoire d’un homme qui après une enfance chaotique se marie à une fille de bonne famille, qui disparaît lors d’une ballade à Las Vegas. Après une période de déprime, celui-ci se retrouve totalement sous la coupe d’une jeune fille de forte corpulence, Jenny. Celle-ci après lui avoir révélé que sa femme était gardée par des amis à elle, l’entraîne dans une cavale sanglante où elle lui révèle petit à petit le sens de ces tueries, et le rapport avec sa femme. 
Entre temps Bradley a embauché un détective énigmatique aux méthodes bizarres qui se contente de le mettre en garde. A la fin, on comprend le rapport entre tous ces personnages et on retrouve une Jenny, enfin humaine, qui en arrive même à se sacrifier pour sauver Bradley (sa vengeance effectuée).





Conclusion : Ce polar est particulièrement captivant y compris au début où pourtant il ne se passe rien. J’ai trouvé les personnages attachants, surtout Jenny malgré sa sauvagerie. Celle-ci se trouve être une victime d’abord, puis un bourreau justicier ensuite, et pour finir à nouveau une victime. Par contre les « flashbacks » surtout lors de l’épisode de l’hôpital psychiatrique sont assez compliqués à suivre. L’auteur arrive malgré tout à nous donner envie de connaître la suite tout au long du roman sans aucun moment de pose. 
En résumé, on est captivé du début à la fin.

Note : 13/20

Tant que dure ta colère d'Asa Larrson

Au nord de la Suède, à la fonte des glaces, le cadavre d'une jeune fille remonte à la surface du lac de Vittangijärvi. 
Est-ce son fantôme qui trouble les nuits de la procureure Rebecka Martinsson ? 
Alors que l'enquête réveille d'anciennes rumeurs sur la mystérieuse disparition en 1943 d'un avion allemand dans la région de Kiruna, un tueur rôde, prêt à tout pour que la vérité reste enterrée sous un demi-siècle de neige... 

Avis d'un membre du club Rouletabille (Michel W.) :

C’est le 3ème roman des aventures de Rebecka Martinsson, (mais il faut lire les ouvrages dans l’ordre ; c’est mieux) une procureure qui préfère vivre dans son petit village plutôt que de travailler dans le grand cabinet de Stockholm. 
Ce n’est pas à un thriller sanglant mais un thriller psychologique profond qui nous régale. Dès la première page on nous lance directement dans l'histoire, on assiste au meurtre de Wilma en direct et on se pose bon nombre de questions. 
Une vieille histoire datant de la Seconde Guerre Mondiale : un avion disparu dans les environs mais quel lien entre ces deux affaires ? Et refait surface le comportement de la Suède durant la dernière guerre. 
Un polar du froid avec ses traditions ancestrales.

Note : 14/20

La viande des chiens, le sang des loups de Misha Halden

Cette môme, c'est Lupa, sorte de femme-enfant surgie des bois qui fait irruption clans la vie de Rory. 
D'ou vient-elle ? Que fuit-elle ? Qui sont ceux qui la traquent ? Qu'inspire-t-elle de si crucial pour qu'on la surveille a ce point ? 
Et que vient faire Rory dans ce conte noir ? Lui qui se vit comme un vieux chien sans collier en cultivant gentiment sa misanthropie, va devoir renouer avec une certaine forme d'humanité.

Avis d'un membre du club Rouletabille (Christian N.) :

Le style : Ce livre est très bien écrit et de façon chronologique, ce qui donne une lecture aisée et agréable.



Personnage et lieux : Les personnages principaux sont Rory misanthrope retiré de la civilisation et Lupa, nom générique de filles conditionnées pour être des monstres qui détruisent tout, y compris elles-mêmes. L’histoire se passe dans un endroit retiré de France sans affectation précise. D’autres personnages secondaires qui ont engendré Lupa participent à l’action.



Intrigue : Tout part de lettres d’un soldat de 14/18 qu’il n’enverra jamais à sa petite fille. Un jour Rory découvre une fille étrange introduite dans sa maison, puis quelques jours plus tard, cette même fille en train d’assassiner un homme, toujours chez lui. Intrigué et captivé par Lupa, Rory la suit dans sa cavale, autant pour la défendre que pour se prouver qu’il existe encore en tant qu’homme. Apres avoir découvert un monde où la réalité se mélange avec l’irréel, il rentre chez lui en espérant et craignant à la fois quelle le rejoigne. De toute façon grâce à elle il a retrouvé une estime de lui.



Conclusion : Je trouve que ce polar rentre dans la catégorie thriller fantastique. Il pose des questions sur l'existence que nous avons et l’influence que nous pouvons avoir sur celle-ci. Ce livre est passionnant car plus on avance et plus on a de réponses, mais plus se posent de nouvelles questions, y compris à la fin lorsque l’intrigue se dénoue..

Note : 12/20

Les insatiables de Gila Lustiger

En 1984, Emilie T., jeune escort-girl parisienne, avait été sauvagement assassinée, meurtre jamais élucidé. 
Vingt-sept ans plus tard, la presse annonce l'arrestation d'un employé de banque sans histoires, Gilles Neuhart, dont l'ADN correspond à celui trouvé sur la scène du crime. 
Dix-sept lignes – c'est ce que son rédacteur en chef demande à Marc Rappaport sur cette affaire. Le journaliste, homme complexe et tourmenté, suit son intuition et cherche, envers et contre tout, à en savoir davantage sur le destin de la jeune femme. 
Patiente et tenace, son enquête lève le voile sur un drame sanitaire impliquant quelques insatiables de l'industrie chimique et de la sphère politique.


Avis d'un membre du club Rouletabille (Michel W.) : 

A partir d’une affaire vieille de presque 30 ans, le meurtre non élucidé d’une escort-girl à Paris, Marc Rappaport journaliste et rebelle à sa famille mais quand même très fortement attaché à son grand père, un des plus gros industriel du pays, reprend l'enquête. 
A partir de ce fait divers l’auteur nous offre une thriller passionnant tout en faisant une analyse sans concession des mœurs de certains dirigeants, du comportement de l’Etat, des scandales impunis, des élites intouchables et du fossé qui sépare les nantis des sans-grades. Bien plus plaisant que certains ouvrages de sociologie ou d’essais politiques, ce roman montre avec force détails un visage de la France, de l'évolution de la société que les candidats à la présidentielle devraient méditer, tant il est éclairant ! 
Un polar politico-financier très bien écrit et documenté.

Note : 16/20

Rever de Franck Thilliez

Si ce n'étaient ses cicatrices et les photos étranges qui tapissent les murs de son bureau, on pourrait dire d'Abigaël qu'elle est une femme comme les autres. 
Si ce n'étaient ces moments où elle chute au pays des rêves, on pourrait jurer qu'Abigaël dit vrai. 
Abigaël a beau être cette psychologue qu'on s'arrache sur les affaires criminelles difficiles, sa maladie survient toujours comme une invitée non désirée. 
Une narcolepsie sévère qui la coupe du monde plusieurs fois par jour et l'emmène dans une dimension où le rêve empiète sur la réalité. Pour les distinguer l'un de l'autre, elle n'a pas trouvé mieux que la douleur.   

Comment Abigaël est-elle sortie indemne de l'accident qui lui a ravi son père et sa fille ? Par quel miracle a-t-on pu la retrouver à côté de la voiture, véritable confetti de tôle, le visage à peine touché par quelques bris de verre ? Quel secret cachait son père qui tenait tant, ce matin de décembre, à s'exiler pour deux jours en famille ? Elle qui suait sang et eau sur une affaire de disparitions depuis quelques mois va devoir mener l'enquête la plus cruciale de sa vie. Dans cette enquête, il y a une proie et un prédateur : elle-même.

Avis d'un membre du club Rouletabille ( Michel W.) :

Franchement, que faut-il inventer pour mettre la barre toujours plus haut au niveau du glauque et du sordide ? Cela en devient même grotesque : Grangé est un petit joueur finalement sur le plan inventif des tortures physiques et psychologiques. 
Une narcoleptique que l’on autorise à conduire, une intrigue invraisemblable, une construction du roman avec des retours en arrières et des événements différés qui font que finalement on ne sait plus si on est dans le rêve ou la réalité. On est prévenu au début du roman. Mais ce qui est plus navrant c’est qu’en fin d’ouvrage, l’auteur nous précise dans quel ordre il faut lire certains chapitres pour avoir une approche plus classique de son livre. C’est se moquer des lecteurs qu’il renvoie à un site web pour plus de précisions quant au dénouement. On peut garder ce livre pour avoir la collection Thilliez mais cette lecture est une perte de temps. 
J’ai failli lâcher l’affaire vers la page 50, mais je me suis accroché. 
J’aurais pas dû.

Note : 5/20

La fille du brouillard de Donato Carrisi

Anna Lou est une jeune fille exemplaire. 
Alors pourquoi aurait-elle fugué la veille de noël ? Ou serait-ce un kidnapping ? Mais qui lui voudrait du mal dans son paisible village des Alpes ? 
Le commandant Vogel, star de la police, est envoyé sur place. Entouré de sa horde de caméras, il piétine.
Aucune piste, aucun indice ne s'offre à lui. 
Devant ses fans, il ne peut pas perdre la face. Vogel résistera-t-il à la pression de son public qui réclame un coupable ?

Avis d'un membre du club Rouletabille (Christian N.) :

Le style : Ce livre est de lecture simple et très agréable. De schéma classique avec un début qui prépare la fin, suivit d’une intrigue parfaitement chronologique et d’un dénouement qui est la suite du tout premier chapitre. La traduction de l’italien est de très bonne qualité.



Personnages et lieux : Tout le récit tourne autour du commissaire Vogel, dont la méthode est de se servir (et de servir) des médias, principalement des chaines d’information représentées ici par la journaliste Stella Honner. Les autres personnes ayant un rôle important sont un professeur du lycée local et le psychiatre légal. Mais aussi un assez grand nombre de gens qui tous, même sans rôle primordial ont toutefois leur importance. 
Toute l’histoire se passe dans un petit village des Alpes à priori inventé.



L’intrigue : Une jeune fille sans histoire disparaît, affaire banale s’il en est. Le fameux commandant Vogel qui enquête sur cet enlèvement entend bien en profiter pour faire oublier le fiasco d’une enquête précédente. Pour cela il déclenche une tempête médiatique pour obtenir le maximum de moyens. S’en suit un déroulé d’enquête classique et méticuleux qui s’accélère sur la fin pour finir de manière inattendue.



Conclusion : Livre de très grande qualité autant par son écriture que par l’originalité du scénario. L’auteur ne se contente pas d’écrire un excellent polar, il montre une évolution de la société toujours plus médiatique avec les avantages, mais aussi les outrances que cela engendre.

Note : 17/20

L'ordre des choses de Frank Wheezler Jr.

Earl Haack Junior a été élevé pour devenir un Machiavel armé d'un flingue et portant une étoile... Son père, shérif dans une petite ville du Nebraska située sur l'autoroute de la drogue arrivant du Mexique - la fameuse Interstate 80 -, lui a très tôt enseigné sa façon particulièrement radicale et expéditive de maintenir l'ordre des choses. 
Lorsqu'après un passage par les Stups de Denver (où il perd définitivement ses illusions) il revient prendre la succession de son père, il sait déjà qu'on ne vainc pas le chaos. 
Tout au plus, on peut tenter de faire jeu égal - un jeu sans règles ni limites. Puisque la drogue et son commerce sont une donnée indépassable (surtout dans une société capitaliste marquée par la loi de l'offre et de la demande), la priorité principale de Haack sera donc de mettre sur pied un réseau de distribution composé de personnes qui lui sont redevables... Son père avait raison : l'ordre passe avant tout, et il exige son tribut de sang.


Avis d'un membre du club Rouletabille (Micel W.) :

Comme je l’ai souvent dit, il faut se méfier des 4ème de couverture trop élogieuse. Est-ce dû à la traduction ou au style de l’auteur mais j’ai trouvé cet ouvrage assez illisible. 
On dirait une écriture de collégien « j’ai dit ». Il est rare que je ne dépasse pas la page 50 mais là cet un exploit d’y arriver car je n’ai pas accroché dès le départ.

Note : 5/20 (mais c'est personnel)

jeudi 23 mars 2017

Démons de Marc Laine

Maxime, 31 ans, est un jeune lieutenant exerçant ses sombres talents au sein de la police judiciaire avignonnaise. D'ordinaire, aucun malfaiteur n'échappe à son instinct de chasseur, mais cette fois-ci, il va être confronté à la pire des machines à tuer. Sa nouvelle équipière saura-t-elle le guider ? Parviendra-t-elle à le libérer de la noirceur de son passé si torturé ? La quête de Maxime le conduira inexorablement au plus profond des ténèbres qu'il combat.

Avis d'un membre du club Rouletabille (Michel W.) :

Polar coup de cœur (frissons assurés !!!), même si le mal est présent dans chaque nouvelle page.
Un jeune lieutenant bien écorché de la vie, mène une enquête sombre comme un puits sans fin.
Tout est bien ficelé, de l'origine du mal qui ronge Maxime, l'enquêteur, au dénouement de l'enquête qui n'est pas bâclé.

Note : 16/20


mercredi 22 mars 2017

Portrait de groupe avec parapluie de Viollette Cabessos

Marthe Bothorel, soixante-dix ans, s'est prise de passion sur le tard pour l'histoire de l'art : de musées en cours de dessin, l'autodidacte plonge dans un monde qui la fascine. Un dimanche, lors d'un concours de peintres amateurs, elle découvre le corps d'une femme assassinée selon un rituel aussi macabre que spectaculaire. Le premier d'une longue série... En compagnie de deux autres mamies aussi déjantées qu'elle et d'un policier mélomane, Marthe décide de démasquer le talentueux tueur ! Un polar original, érudit et cocasse, où l'auteur du Teinturier de la lune et de La Promesse de l'ange nous embarque dans une enquête échevelée sur les traces des grands peintres du XXe siècle, du Bateau-Lavoir de Montmartre à la Ruche de Montparnasse.

Avis d'un membre du club Rouletabille (Christian N.) :


(Ndr : les parties en blanc révèlent des points importants de l'intrigue. Pour les lire il suffit de les surligner. )

Le style : Ce livre se lit assez facilement car il est écrit simplement. Les énumérations des peintres et de leurs œuvres sont plutôt rébarbatives pour les lecteurs qui ne sont pas des passionnés par la peinture du début du XXème siècle.


Personnages et lieux : Le personnage principal est un obscur architecte qui est le petit fils d’un peintre contemporain de Picasso est d’autres artistes célèbres de la même époque. Trois copines excentriques de plus de soixante dix ans et un commissaire mélomane mais peu compétent comme enquêteur, viennent compléter le tableau.

L’intrigue : Une mamie peintre amateur découvre lors d’un concours de peinture une jeune fille tuée et intégrée dans la reproduction d’un tableau de Derain. D’autres meurtres suivent avec toujours comme point commun un cadavre intégré dans la reproduction d’un tableau de peintre célèbre. Le tueur est le petit fils d’un peintre de Montmartre ayant aidé ces artistes qui, une fois devenus riches et connus, le méprisèrent. Aussi pour le venger, il les tue artistiquement (croit-il) en reproduisant une de leur œuvre. Le commissaire ne trouve rien, c’est la mamie artiste, qui par hasard découvre, qui est le tueur. Le chien de la mamie la sauve du meurtrier et pousse celui-ci à se suicider.

Conclusion : Livre dont le coté polar n’est qu’un prétexte pour nous faire connaître la vie des peintres du début du XXème siècle à Montmartre et ensuite à Montparnasse. J’ai appris certaines choses sur la peinture mais j’ai trouvé l’enquête policière proche de zéro ce qui est désolant pour un livre classé dans le registre policier.

Note : 9/20

vendredi 3 mars 2017

Retiens ton souffle d'Holly Seddon

Cela fait quinze ans qu'Amy est dans le coma sur un lit d'hôpital. Adolescente, elle avait disparu plusieurs jours avant d'être retrouvée à l'article de la mort. Depuis, en dépit de ce que croient les médecins, Amy est consciente. Mais elle est prisonnière dans son propre corps, victime du locked in syndrom. Alex, une journaliste sur le déclin, décide d'enquêter sur cette affaire qui n'a jamais été élucidée. 
Elle réalise qu'elle a vécu dans la même ville qu'Amy, écouté les mêmes musiques, fréquenté les mêmes personnes... Que s'est-il passé quinze ans plus tôt ? Tout pousse à croire que la jeune fille avait une relation, mais avec qui ? Et pourquoi ses proches sont-ils murés dans un silence presque coupable ? Alors qu'Alex s'immerge dans le passé d'Amy, elle risque de devenir, à son tour, une victime...


Avis d'un membre du club Rouletabille ( Laurence G.) :

Alex est journaliste free lance : au cours de son enquête dans le milieu des malades plongés dans des comas profond , elle rencontre Amy, trentenaire frêle qui est clouée sur ce lit depuis 15 ans. 
Qu'est-il réellement arrivé à Amy, 15 ans plus tôt où elle a été retrouvée gravement blessée dans les bois ? Qui est ce mystérieux visiteur qui depuis des années vient la voir régulièrement ? Alex essaie de reconstituer la vie d'Amy au moment de son agression en retrouvant ses  proches.

Un roman très bien ficelé où l'auteur donne la part belle aux personnages : un chapitre = un personnage + un événement. Jusqu'à l'avant dernier chapitre on ne sait pas qui a agressé Amy et nous somme mêmes surpris .
Un bon thriller , sans sang ni diable.

Note : 15/20

La rage de Sygmunt Miloszewski

Le procureur Teodore Szacki n'est pas au mieux de sa forme depuis qu'il a quitté Varsovie. Il se sent en perpétuel décalage, tant dans sa vie de couple que dans ses relations avec sa fille adolescente. 
Est-ce pour cela qu'un jour, il ne prend pas l'exacte mesure d'une plainte pour violences conjugales ? Avec des conséquences effroyables pour l'épouse battue... 
Ou bien est-il perturbé par une étrange enquête pour meurtre dont il a hérité, portant sur un squelette dont les os appartiendraient à plusieurs victimes ?
Teodore Szacki va vite se rendre compte que les deux affaires pourraient être liées. La piste d'un insaisissable redresseur de torts se dessine ; quelqu'un oeuvre dans l'ombre, visiblement déterminé à rendre la justice pour pallier l'incurie des services de police.

Avis d'un membre du club Rouletabille (Christian N.) :

(Ndr : les parties en blanc révèlent des points importants de l'intrigue. Pour les lire il suffit de les surligner. )

Livre passionnant surtout de par son coté psychologique.

Le style : Il est très fluide, ce polar se lit donc facilement. Les descriptions sont précises, pas ennuyeuses mais nécessaires à la compréhension du récit. L’auteur inclus des traits d’humour et des petites moqueries sur la Pologne et les polonais, sans aucune méchanceté. Cela ne nuit absolument pas à la fluidité du récit.

Personnages et lieux : Le personnage principal est un procureur de province qui travaille avec un adjoint et un inspecteur de police. Sa fille aussi est impliquée directement. L’action se passe dans la région polonaise de Varmie –Mazurie, plus précisément à Olsztyn sa capitale.

L’intrigue : Suite à la découverte d’un squelette entier et complet mais qui se révèle être composé d’ossements de sept personnes différentes, le procureur Téodore Szacki est entrainé dans une enquête sur les violences domestiques. Après différentes péripéties il tombe dans le piège d’un groupe de personnes qui veulent l’intégrer, afin de combattre ce fléau par la loi du talion. Pour cela sa fille sert d’appât pour lui faire commettre un meurtre. Pour faire pression sur lui et l’obliger à coopérer, son adjoint le chef des justiciers lui tend un piège. Il refuse de coopérer et tend à son tour un piège à son adjoint. Celui-ci l’évite et lprocureur finit avec les menottes.

Conclusion : Excellent livre qui est d’une lecture facile, sans course poursuite ni fusillade mais dont le coté psychologique est très intéressant ce qui nous change de la plupart des polars. La fin est particulièrement originale, où le héros finit comme coupable alors qu’il est de totale bonne foi.

Note : 16/20

mercredi 4 janvier 2017

Un début d'année sous le signe du soleil levant

Bonjour à tous et bonne année !!!!

Pour ce mois de janvier la Ludo-bibliothèque Emile-Bayard vous propose une sélection spéciale sur le japon. 

Les Mangas

Detective Conan d’AOYAMA Gosho


Surtout, ne vous fiez pas aux apparences. Le jeune Conan a beau être haut comme trois pommes, c'est un détective redoutable. Petit par la taille, d'accord, mais déjà grand par la capacité de déduction. Bref, il ne fait pas son âge... Et pour cause : en réalité, il n'a pas vraiment six ans, comme un rapide coup d’œil à sa morphologie pourrait le laisser croire. Conan - de son véritable nom Shinichi Kudo - est, à l'origine, un détective lycéen. Mais il s'est retrouvé un jour en butte aux membres de l'Organisation des hommes en noir. Et ceux-ci n'ont rien trouvé de mieux que de lui faire ingurgiter un liquide empoisonné qui l'a fait replonger en enfance... Et tandis que le professeur Agasa multiplie les inventions loufoques afin de lui rendre sa taille normale, Conan passe son temps à résoudre des énigmes en tous genres. Pour le plus grand plaisir des ados, qui se régalent de ses aventures menées tambour battant. Un manga très séduisant qui rend hommage aux grands classiques de la littérature policière.  

Monster d’URASAWA Naoki

Par une nuit de 1986, une décision d'ordre éthique va conduire le docteur Kenzo Tenma à sauver la vie d'un enfant aux dépens de celle du maire de la ville. Comment pouvait-il savoir que son acte aurait de telles conséquences? Car l'enfant qu'il a sauvé, a grandi, et semble être le dénommé Monster.








Death Note de OHBA Tsugumi et OBATA Takeshi


Light Yagami ramasse un étrange carnet oublié dans la cour de son lycée. Selon les instructions du carnet, la personne dont le nom est écrit dans les pages du Death Note mourra dans les 40 secondes!! Quelques jours plus tard, Light fait la connaissance de l’ancien propriétaire du carnet: Ryûk, un dieu de la mort! Poussé par l’ennui, il a fait entrer le carnet sur terre. Ryûk découvre alors que Light a déjà commencé à remplir son carnet…






Black Butler de TOBOSO Yana

Sebastian est majordome au service de Ciel Phantomhive, héritier d'une grande famille de la noblesse anglaise. En matière d'érudition, d’éducation, d'art culinaire, rien à redire, il est parfait. Mais ne vous fiez pas à sa distinction, si vous vous en prenez à son jeune maître, vous découvrirez sa vraie nature… Ciel aurait-il signé un pacte avec le Diable…?!









Les romans policiers japonais

Treize marches de TAKANO Kazuaki


Ryô Kihara, trente-deux ans, est condamné à la peine capitale. Il a déjà passé sept ans dans le couloir de la mort sans connaître la date de son exécution, comme le veut la loi japonaise. Bien qu'amnésique au moment du procès, il a reconnu sa culpabilité. Un matin, il entend les gardes venir chercher son voisin de cellule pour l'exécuter. Traumatisé par les hurlements, Kihara a soudain des flashes, comme si son amnésie se dissipait : il se revoit en train de gravir un escalier, dix an plus tôt. Il décide d'écrire à son avocat.

Jun'ichi Mikami, vingt-sept ans , a été incarcéré deux ans pour homicide involontaire. Remis en liberté conditionnelle, il croise celui qui était son gardien de prison, Shôji Nangô, qui s'occupe aussi de la réinsertion des anciens détenus. Ce dernier lui propose de l'aider à prouver l'innocence d'un certain Ryô Kihara. Voyant un moyen de se racheter aux yeux de la société, Jun'ichi accepte... 

Un café maison de HIGASHINO Keigo

Dans une maison des beaux quartiers de Tokyo, Yoshitaka Mashiba annonce froidement à son épouse Ayané qu'il va la quitter car elle ne lui a pas donné d'enfant. Il a rencontré une autre femme et veut reprendre sa liberté. Elle décide alors de partir passer quelques jours chez ses parents à Sapporo.
Le surlendemain, on retrouve le cadavre de Yoshitaka gisant dans son salon à côté d'une tasse de café renversée. L'inspecteur Kusanagi et son équipe sont dépêchés sur les lieux, et la charmante veuve rentre de Sapporo. Il est rapidement établi que le café bu par Mashiba contenait de l'arsenic. Soupçonnant Ayané Mashiba, la collègue de Kusangi prend alors contact avec le physicien Yukawa, qui a déjà aidé la police dans le cadre d'affaires apparemment insolubles, car il lui semble que les sentiments de Kusanagi pour la suspecte sont de nature à l'égarer.
Au fil de cette énigme pleine de nuances, séduction et déduction se livre une joute délicieuse qui fait tout le charme de ce roman couronné du prix Naoki, l'un des plus prestigieux au Japon.

La prophétie de l’abeille de HIGASHINO Keigo

Un matin d’été, la voiture de l’ingénieur Yuhara pénètre dans le complexe de Nishiki Heavy Industries. C’est aujourd’hui que l’hélicoptère sur lequel il travaille depuis des années doit être livré à son commanditaire, l’Agence de défense du Japon. Sa femme et son fils l’accompagnent pour assister à la démonstration de vol. Yuhara se rend dans son bureau tandis que sa famille l’attend à la cafétéria en compagnie de l’épouse d’un collègue et de son petit garçon. Les deux enfants vont jouer dehors et réussissent à se glisser dans le hangar où se trouve l’hélicoptère, et même à bord de l’appareil. L’un des deux est encore dedans lorsque celui-ci se met à bouger. Bientôt, sous les yeux terrifiés de son compagnon de jeu, l’hélicoptère prend son envol. D’abord stupéfaits, les ingénieurs comprennent bientôt que l’appareil a été manipulé à distance.
Moins d’une heure plus tard, l’hélicoptère s’immobilise au-dessus d’un réacteur nucléaire. Les autorités reçoivent un message signé de “l’Abeille du ciel” : l’appareil, chargé d’explosifs, s’écrasera sur le réacteur quand il aura épuisé son carburant si toutes les centrales du Japon ne sont pas mises immédiatement hors d’état de fonctionner…

Sadako de SUZUKI Kôji

Takanori Andô est un graphiste spécialiste de l’analyse d’image. Il reçoit par son travail une vidéo amateur montrant un suicide à l’intérieur d’un appartement banal. Son client souhaite déterminer s’il s’agit d’un véritable suicide ou d’une simple mise en scène. Il fait une copie du fichier dans son ordinateur et à chaque visionnage de la vidéo, Takanori se rend compte que le cadre de l’image se décale très légèrement, permettant de voir jusqu’au visage du suicidé : Seiji Kashiwada. Ce dernier est un serial killer condamné à la peine de mort pour le meurtre de quatre fillettes, douze ans auparavant. Le mystère s’épaissit car l’exécution de Seiji Kashiwada a eu lieu peu de temps auparavant… mais que faisait-il hors de prison ?





Les romans policiers ayant le japon pour thème

Tokyo de Mo HAYDER


Quand Grey débarque à Tokyo sans attaches, argent ni bagages, elle a beaucoup à prouver et encore plus à cacher. Sa rencontre avec Jason, pour lequel elle éprouve une fascination immédiate, est déterminante : il lui trouve un toit, une maison délabrée vouée à la démolition, et un emploi dans un club à hôtesses très privé. Ses clients ? Des yakuzas et un étrange infirme accompagné d'une nurse à la silhouette monstrueuse... Mœurs inavouables, violence, écrasant secret... Ce nouvel univers est pourtant familier à Grey. le but de son voyage ? Retrouver un mystérieux film à l'existence contestée datant de l'invasion de la Chine par les Japonais. Un seul homme pourrait l'aider. Un survivant du massacre qui refuse de répondre à ses questions...


Le sabre sacré d’Yves-Marie CLEMENT


Japon. Jigoro est un étudiant modèle, fan de judo. Sa particularité ? Il est aveugle. Un soir, en sortant de son entraînement de judo, il reçoit un coup de fil: son oncle a été agressé et conduit à l'hôpital. La police pense qu'il s'agit, une fois encore, du tueur en série d'Hara-Ga. Pourtant Jigoro a des doutes; il est persuadé que quelqu'un en veut précisément à son oncle, propriétaire d'un dojo, sous lequel un sabre sacré serait caché. Il part sur les traces de l'agresseur dans le quartier obscur de Hara-Ga. Mais quelqu'un le surveille...





Le shôgun de l’ombre de Jérôme NOIREZ

Kyoto, 1490. Dans une cité impériale qui n'en finit plus de panser les plaies des guerres qui l'ont dévastée quinze ans auparavant, l'enquêteur Ryôsaku se lance aux trousses du plus terrifiant et mystérieux des criminels. Kaoru, Keiji et Sozô, les trois adolescents qui lui ont été imposés comme assistants, ne sont plus des débutants. Dans l'atmosphère humide et moite de l'été, entre temples bouddhistes, sanctuaires shintô et théâtre nô, Ryôsaku et ses trois jeunes assistants vont devoir unir leurs forces pour vaincre ce shogun de l'ombre qui semble, lui, disposer de l'aide des esprits...





Kaïken de Jean-Christophe GRANGE

Olivier Passan de la Criminelle. Un solitaire fasciné par le Japon traditionnel, un samouraï des temps modernes, lancé dans la traque d'un insaisissable criminel, « l'Accoucheur », qui éventre les femmes au terme de leur grossesse pour brûler le fœtus.
Ce flic tourmenté, complexe, cherche à comprendre les raisons du naufrage de son couple : Naoko, sa femme japonaise, a demandé le divorce mais ils se sont entendus pour une garde alternée de leurs deux enfants. Cette vie de famille chaotique est au centre de l'intrigue, qui joue des similitudes entre l'histoire personnelle de Passan et celle du serial killer que l'on est tenté de voir comme son double monstrueux. Mais le suicide de l'Accoucheur ne résout rien et Passan devra aller jusqu'à Tokyo rechercher la clé de l'énigme...